Урок 311

— Quel jour nous sommes aujourd’hui ?

— Aucune idée. Je vais voir. On est le 7.

— D’accord. Je suis prêt.

— Très bien. Quoi de neuf dans la vie ?

— Chaque fois cette question m’a choqué parce que pas de choses intéressantes. Ma réponse d’habitude... vous me choquez.... C'était une bataille. Quant à moi, j'étais sûr que je sais comment il faut choisir entre le Passé Composé et l’Imparfait. J’ai exprimé une idée que le mot ‘souvent’ et le Passé Composé, c’est impossible de composer ensemble. Ce n’est pas possible de le mettre un de l’autre ensemble. Arnaud a répondu par les paroles de chanson très connue. Ce sont les paroles ‘on a vu souvent... ‘

— J’ai lu. ‘...rejaillir le feu’.

— C’est assez pour me rend stupide, ça m’a choqué. Maintenant je ne peux pas comprendre comment c’est possible. J’ai dû accepter mais je ne peux pas comprendre comment c’est possible parce que pour moi, si c’est ‘souvent’, c’est l'événement qui passait régulièrement.

— Et alors, vous voulez ma réaction ?

— Quant à moi, il faut choisir l’Imparfait mais… Voilà ! Il y a beaucoup de situations qui sont composées de ‘souvent’ et le Passé Composé. Expliquez-moi, s’il vous plaît, comment c’est possible.

— Ce que je peux vous dire : l’idée numéro 1 - Dans la langue tout est possible, tout est toujours possible ; l’idée numéro 2 - Quand je vous donne les repères, les conseils comment utiliser le Passé Composé et l’Imparfait, ça, ce sont les règles générales qui marchent cent pour cent si vous parlez français. Quand vous faites une phrase et vous faites une phrase avec ‘souvent’, vous devez mettre l’Imparfait. Comme ça vous êtes sûr que vous n’avez pas de faute. Mais avec beaucoup d’autres indicateurs de temps qui montrent d’habitude ou bien l’Imparfait ou bien le Passé Composé, vous pouvez avoir les formes différentes. Ce que je peux vous dire, c’est, donc, tout simplement accepter parce que c’est difficile à expliquer. Bien sûr, je peux maintenant théoriser, je peux dire que vous pouvez utiliser le Passé Composé avec ‘souvent’ parce que ça, c’est une action terminée, ça se répétait dans le passé mais ça ne se répète plus et c’est pourquoi, c’est ‘souvent’. Mais vous pourrez trouver, bien sûr, la contradiction dans ce que j’ai dit. Alors, le principe d'idée que je veux vous donner, c’est que quand vous parlez français, vous faites comme il faut. ‘Souvent’ avec l’Imparfait, ‘hier’ avec le Passé Composé, etc. Mais si vous voyez les autres choses quand les Français parlent, soyez d’accord.

— D’accord. C’est pas l’explication…

— C’est pas l’explication parce que je ne peux pas vous donner l’explication.

— Il faut avoir quelques nuances entre deux phrases parce que c’est détruit le temps, ‘on a vu souvent’, ‘on voyait souvent’...

— Je ne veux même pas expliquer, je peux essayer d’expliquer mais ça sera rien. J’ai bien lu ce que vous écriviez dans ce forum. J’ai bien lu les explications d’Arnaud. C’est clair. Je peux comprendre pourquoi ils ont mit le Passé Composé là-bas mais si, moi, je parle français je ne dirais jamais ‘on a vu souvent‘. Et j’aurai raison. C’est tout. Je vous propose de ne pas faire attention. Acceptez. Il y a trop de choses dans la langue qu’il faut accepter. Et vous le savez très bien. Juste, c’est comme ça.

— J’ai pensé que je ne comprenais pas quelque chose.

— Vous comprenez tout bien, vous connaissez très bien la différence entre l’Imparfait et le Passé Composé. Pas de problème. Ne pensez pas que ça doive détruire tout ce que vous saviez avant, avant cet exemple. OK, ça marche. Moi, j’ai vu dans ma vie beaucoup d’exemples, par exemple. Je dis toujours à mes élèves que vous utilisez le Passé Composé avec ‘hier’ parce que c’est une action terminée mais en lisant les livres j’ai vu beaucoup d’Imparfait avec ‘hier’ mais je sais que si moi, je dis le Passé Composé avec ’hier’ je n’ai fait pas de faute. Ce que je conseille de faire pour mes étudiants parce que il y a des cas généraux qui vous soufflent que ce sera comme ça dans 98 %, ce sera correct. Parce que ça, ce sera toujours correct. Presque toujours.

— C’est comme en anglais, autant que je sache. Les gens, c’est pluriel. On arrêtait d’utiliser le temps parfait.

— Present Perfect ?

— Oui.

— Voilà ! C’est encore un exemple. Nous étudions ça à l'école. Nous avons qu’il faut l’utiliser dans ces cas-là mais dans la réalité ça peut être notre chose. C’est pourquoi toujours quand nous avons une règle, c’est quelque chose dont peut artificiel parce que ce sont plutôt les cas généraux. D’habitude, c’est comme ça. Dans cette situation ‘on a vu souvent’, je comprends cette idée mais je ne sais pas si je peux la transmettre. Vous aviez bien traduit ça mais ça ne se répète plus. Oui, ça, c’est plutôt l’Imparfait mais ça, c’est l'idée que ça ne se répète plus. Pas du tout. Parce que quand vous dites l’Imparfait ‘je voyais souvent’, même si j’adresse cette parole à Raphaël, par exemple, je sais qu’il me dira c’est comme ça. J’ai pas d’explication parce que je lui ai déjà posé les questions pareilles.

— ‘Rejaillir le feu’. Il y a beaucoup de lexique que je ne connais pas. Je comprends toutes les règles de grammaire. Je pense que je peux les utiliser.

‘On a vu souvent rejaillir le feu d'un ancien volcan qu'on croyait trop vieux’

— Il vaut souligner que c’est fini. C’est tout.

— Oui. Je comprends. J’ai pensé que c'était quelque chose qu’il fallait savoir.

— Ce que je peux vous dire - percevez ça comme une exception. Je pense que je pourrais dire que c’est un emploi stylistique du Passé Composé pour montrer plus de drame. Il s’agit d’amour qui a fini et c’est comme ça. Tout dans cette phrase souligne que c’est la fin tragique. ‘On a vu souvent rejaillir le feu d'un ancien volcan’. Voilà ! Et tout ça. Parce que d’habitude quand on voit quelque chose qui va pas, on dit que c’est stylistique. Voilà ! Ne vous prenez pas la tête ! ‘Se prendre la tête’. Je répète encore une fois la phrase que j’adore. Encore une chose. Je ne participerais jamais dans les discussions pareilles pour une raison.

— On se sent un philologue quand on parle beaucoup de langues.

— Allez-y ! Parlez-en, sans moi. En ce qui concerne à nouveau lexique, ce que je vous ai apporté aujourd’hui, c’est pour enrichir votre vocabulaire. Regardez, s’il vous plaît, numéro 3 (Ivanchenko, p.30). Je vous propose de trouver les adjectifs à partir de ces noms.

Je viens de vous donner ce livre pour que vous fassiez la photo. Je pense que vous l’avez déjà prise. “Le français.Exercices d'entraînement” d’Anna Ivanchenko comme toujours. C’est pas Ivanchenko ordinaire, c’est un autre livre.

— Le malheur - malheureux ; la crainte - craintif ; la joie - joyeux(-se) ; la fierté - fier ; la musique - musical ; la liberté - libre ; la modestie - modeste ; la vanité - vaniteux (-euse) ;

— La vanité. Je dois vous dire que moi, je l’utilise très souvent parce que c’est un de mes défauts et le mot ‘хвастаться’ ça utilise, n’est-ce pas ? Moi, j’ai regardé maintenant dans le dictionnaire étymologique le verbe ‘craindre’ et ça, c’est un mélange du verbe latin ‘tremere’ (trembler) que vous connaissez et du mot gaulois ‘crĕmĕre’ et l'altération du latin ‘tremere’ ensemble, ils ont donné un nouveau mot. Quand les mots pareils il faut la connexion. Ils donnent un nouveau mot. C’est pourquoi c’est difficile à associer avec quoi que ce soit parce que ce sont les racines gauloises. Elle est pas juste latine. Je veux voir aussi pour ‘vanité’.

— … la timidité - timide ; la discrétion - discret ; la sincérité - sincère ; la famille - familial(e) ; l’amour - amoureux(-euse) ; la vieillesse - vieux(-eille) ; la souplesse - souple ;

— Moi, je viens de regarder l'étymologie du mot ‘la vanité’ et j’adore, à vrai dire, parce que ça provient du latin ‘vanitas’ mais ce qui est intéressant c’est que c’est lié avec le mot ‘vain’. Vous savez ce que c’est ‘en vain’ en français - ‘напрасно’. La vanité, ça veut dire, ‘напрасная гордость’. C’est intéressant. Et encore ce qui est ‘vide’ (пустое). Enfin, j’ai fait mes devoirs, j’ai rien confit.

— … la curiosité - curieux(-euse) ; la douceur - doux(douce) ; l'entêtement - entêté ; le sport - sportif (-ve) ; la nature - naturel(le).

— C’est bon. Continuez ! Numéro 4.

— Courageux - le courage ; orgueilleux - l’orgueil (m) ; paresseux - la paresse ; splendide - la splendeur ; seul - la solitude ; généreux(-euse) - générosité ; violent - la violence ; sage - la sagesse ; audacieux - l’audace ; équilibré - l’équilibre ;

— Regardez, je n’ai pas vérifié sur le dictionnaire mais je suis sûre que ça provient du latin aequus (« égal ») et libra (« balance, poids, livre ») ; équivoque - aequus (“равный”) + vōx «голос» (vocāre «звать»).

— La page pour les articles avec de possibilité de laisser des commentaires, je peux écrire les articles.

— Tout ce qui est avec ‘vōx’, c’est intéressant parce que ça donne ‘vocal, voix, voice, vocabulaire’. C’est génial. Ça donne vraiment trop de choses. ‘Voyelle’ ; ‘équilibre, équitable, égal’.

— ...étonné - étonnement(m)

— ‘Indigné’ ; ‘un dîner’. Si vous voulez je vous de montrer, c’est pas difficile. Grâce à Multitran (https://www.multitran.ru). Vous pouvez écouter plusieurs fois pour voir.

— ...fou(lle) - la folie ; fort(e) - la force ;

— Dîner. Du bas latin disjejunare, « rompre le jeûne ».

— ...peureux - la peur ; beau - la beauté ; rich - la richesse ; pauvre - la pauvreté ; long - la longueur ; stupide - la stupidité ; profond - la profondeur ; intelligent - l’intelligence.

— C’est pas facile mais c’est intéressant parce que ça vous donne beaucoup de connexions dans la tête, beaucoup de connexions entre les mots différents et comme ça vous pouvez les utiliser librement, j'espère, voilà, les comprendre aussi. Moi, en attendant j’ai cherché la réponse à la question de mes étudiants. Ils m’ont demandée hier pourquoi dans le mot ‘tôt’ il y a un circonflexe? Et moi, je ne savais pas. et comme je regardais le circonflexe pour ‘dîner’ j’ai décidé de regarder pourquoi c’est ça ici. Maintenant je suis très surprise parce que ça provient du mot ‘tost’. Du latin populaire tostum, neutre prés. adverbe de tostus « grillé, rôti, brûlé », part. passé de torrere « griller, rôtir » ; tostum a dû signifier d'abord « chaudement » d'où « promptement ».

Le malheur (несчастье; беда; несчастный случай; неблагополучие ; злая воля )

- malheureux ;

la crainte (страх; опасение)- craintif (боязливый; робкий);

la joie (радость) - joyeux ;

la fierté(гордость) - fier ;

la vanité (суетность; тщетность; суета; тщеславие; честолюбие) - vaniteux (-euse) (тщеславный; самолюбивый);

la timidité (робость; застенчивость; боязливость; неуверенность) - timide ;

la discrétion (сдержанность; скромность; корректность; молчание; соблюдение тайны;скрытность) - discret (сдержанный; скромный)

la sincérité (искренность; чистосердечие; прямота; подлинность; правильность) - sincère

la souplesse (гибкость; податливость; мягкость) - souple ;

l'entêtement (упрямство; упорство; приверженность; пристрастие) - entêté

orgueilleux (гордый; горделивый; надменный; спесивый) - l’orgueil (m) (гордость; надменность; спесь; слава; тщеславие) ;

paresseux - la paresse (лень; леность; нерадение; медлительность; вялость) ;

splendide - la splendeur (сияние; блеск; великолепие; пышность; роскошь; великолепная вещь) ;

violent - la violence (неистовая сила; буйность; насилие; насильственные меры; действия; свирепость; жестокость) ;

sage - la sagesse (мудрость; благоразумие; самообладание; скромность);

audacieux - l’audace (отвага; смелость; дерзание; дерзновение; дерзость) ;

équilibré - l’équilibre (равновесие; баланс; уравновешенность)

fou(lle) - la folie (безумие; сумасшествие; помешательство; психоз; безрассудство)

profond - la profondeur (глубина; глубокомыслие; ширина)

l'étymologie

  1. le verbe ‘craindre’, c’est un mélange du verbe latin ‘tremere’ (trembler) et du mot gaulois ‘crĕmĕre’ et l'altération du latin ‘tremere’ ensemble, ils ont donné un nouveau mot.
  2. l'étymologie du mot ‘la vanité’, ça provient du latin ‘vanitas’, c’est que c’est lié avec le mot ‘vain’ ; ‘en vain’ en français - ‘напрасно’. La vanité, ça veut dire, ‘напрасная гордость’.
  3. l’équilibre ; ça provient du latin aequus (« égal ») et libra (« balance, poids, livre ») ; équivoque - aequus (“равный”) + vōx «голос» (vocāre «звать»). Tout ce qui est avec ‘vōx’, c’est intéressant parce que ça donne ‘vocal, voix, voice, vocabulaire’. ‘Voyelle’ ; ‘équilibre, équitable, égal’
  4. Dîner. Du bas latin disjejunare, « rompre le jeûne » - выйти из поста (церковного).
  5. dans le mot ‘tôt’ il y a un circonflexe. Du latin populaire tostum, neutre prés. adverbe de tostus « grillé, rôti, brûlé », part. passé de torrere « griller, rôtir » ; tostum a dû signifier d'abord « chaudement » d'où « promptement ».