Урок 221

— Vous êtes prêt ? — J'espère. Je suis prêt. — Très bien. Alors. Pour commencer, je voudrais faire connaissance un petit peu et vous poser quelques questions pour savoir comment vous parlez français et qu'est que vous avez fait dans la vie en général. D'accord ? — D'accord. — Vous n'êtes pas contre ? S'il vous plaît, ce sont des questions. Lisez et répondez. — Votre prénom. Je m'appelle Ilia. — Enchanté, moi, je m'appelle Anastasia. — Quel âge avez-vous ? J'ai 52 ans. — Très bien. Dans quelle année est-ce que vous êtes nés ? — Je suis né en 1963. — Et quelle est la date de votre anniversaire ? — La date de mon anniversaire est le 8 juin. Juillet ? — Je ne sais pas, vous savez mieux que moi. — Non, parce que j'ai oublié... Donc, le 8 juillet 1963. — Merci, c'est bien, c'est correct. Continuez. — Quelle métier faites-vous ? Je suis analyste. — Analyste de quoi ? — De marketing. — C'est difficile à expliquer ? — Oui. — D'accord, on n'en parle pas. — Quelles études faites-vous ? — Oui. Peut-être vous faites les études de langues, de peinture, des études de l'université. Je ne sais pas. — Non, je ne fais pas d'étude. — Mais peut-être les études de français ? D'autre langue étrangère ? — Mais je n'ai pas d'étude, juste... — Les cours, on peut dire. Vous n'avez pas d'étude, vous faites, vous suivez les cours. — Oui, je suis les cours de français et d'italien. — Et voilà, d'accord, très bien. Dites-moi, s'il vous plaît, pourquoi est-ce que vous avez décidé d'apprendre le français et l'italien ? — C'est arrivé comme ça... — Et comment ? Raconte-moi, c'est intéressant. — Comment ? — Oui. — Dans mon bureau les gens ont décidé d'apprendre la langue française. Ils ont invité le professeur. C'était un grand groupe et j'ai été en retard. Donc, j'ai décidé que c'est mon destin. Mais après quelques mois une de mes collègues m'a demandé si je veux commencer d'apprendre la langue française. Pour faire ça un peu plus vite et pour rejoindre l'autre groupe... Nous étions trois. Et l'autre groupe a disparu pendant que nous continuions quelques ans. Finalement je suis resté seul avec notre professeur. Et les autres l'ont quitté. Je pense que trois ans nous continuions le même collectif. ... — En français vous pouvez dire "si" mais seulement dans quelle cas? — Ou je voudrais dire "non", si la question est posée négativement. — Vous n'êtes pas allé en France ? Si! ... — On continue. Vous avez des questions ? — Non, non. — Non? Ça marche ? Lisez, s'il vous plaît, la question suivante dans la liste. — Quels sont vos loisirs préférés ? — Vous comprenez la question ? — Oui. Peut-être la photographie. Par exemple. — D'accord. Vous avez une appareil photo professionnel ? — Pas professionnel, mais, de temps en temps, d'habitude pendant nos voyages, je fais beaucoup de photos et après je dépense beaucoup de temps... — " Dépenser ", c'est pour l'argent. Pour le temps, on dit " je passe " ou " je perds ". -...je perds beaucoup de temps avec mes photos. — D'accord, ok, et qu'est-ce que vous aimez prendre en photo? Des paysages... — Des paysages , des l'architecture... — D'accord, vous avez une collection ? Peut-être, voudriez-vous avoir une exposition personnelle ? Non ? — Non, il y a seulement un album avec des photos de la France et quelques photos dans mon profil sur le site "В Контакте". — C'est tout comme les loisirs? Qu'est-ce que vous faites d'habitude après le travail ? — je finis mon travail trop tard et tout ce que je fais c'est avant le travail. — D'accord. Qu'est-ce que vous faites avant le travail ? — Ça dépend. Je prépare les cours pour publier, je corresponds avec les gens. Le site de la langue française prend assez de temps ! — On peut dire que le site c'est votre loisir aussi. — Oui. — Tout ce qui est concerné avec site, l'organisation, la publication, la correspondance aussi... — De temps en temps, je dois préparer nôtre voyage. Ça prend assez de temps pour trouver des billets, pour comprendre où il faut aller, pour voir, pour visiter, pour ne pas rater quelques chose d'intéressante il faut lire des forums… — Tous qui finit avec " um " se lit comme " om ". Album, forum, maximum, minimum... — Parce que comme le mot " album " est le plus utilisé, viola, pour l'album pas de problème. Donc, vous parliez maintenant du forum. -... Forum où les gens échangent des idées et racontent... — Si vous voulez, j'ai une petite mnémotechnique. Vous avez deux mots "raconter" et "rencontrer" et vous les confondez toujours comme tous les russes, c'est normal. Si vous regardez à l'intérieur de ses mots vous pouvez voir ici: "rencontrer" — le mot "contre", vous êtes contre une personne. Comme ça vous pouvez mémoriser. — Oui! Ça marchera! — Rencontrer quelqu'un, donc, quand il y a deux personnes... Voilà ! Et "raconter". Est-ce que vous savez un mot "un conte" — сказка? (Compter считать, c'est un homonyme, mais il s'écrit avec "m". Mais si vous voulez, vous pouvez associer avec le mot "compter" aussi, parce que quand vous racontez quelques chose vous parlez de vous pensez, vous comptez). Voilà, peut-être ça marchera. Parce que c'est vraiment un problème pour tous mes étudiants, c'est normal. Mais d'habitude, après ça, ils mémorisent. — Oui! Ça marchera ! — Alors, vous parliez de vos loisirs, de la préparation pour votre voyage. -... Pour explorer (découvrir) tout ce que les gens racontent. — D'accord, c'est bien. Une petite pause pour corriger les fautes. Il y a quelques petites choses qu'il faut corriger. 1. Avant le (!) travail, mais avant de (!) travailler. Avant de + infinitif, avant + nom - déjà sans " de ". Après moi le déluge. 2.Quelques choses d'intéressant. Quelques choses + adjectif avec " de " (!) : de neuf, de nouveaux, de mauvais, d'intéressant, de bien. Et aussi: rien d'intéressant. 3. Échanger des idées — quand vous parlez de communication, c'est le verbe " échanger ". 4. Et vous avez utilisé le verb "explorer". Dans ce sens-là il vaut mieux prendre le verbe "découvrir". C'est bien, je vous ai compris, mais le principal... Bon. D'accord, on continue. — J'ai deux cours italien. Un cours avec mon ami parisien qui est d'origine italienne, c'est bizarre. Nous avons les cours via Skype. Et autre cours avec le professeur à SP. C'est deux cours différents. Donc les cours avec mon ami de Paris j'enregistre comme vidéo et je fais le montage. A-vrai-dire, j'aime apprendre qqch d'intéressante pour moi. Par exemple, montage de vidéo. J'ai travaillé comme opérateur, comme régisseur. Quand j'étais enfant j'avais un caméra (pour prendre des photos vous avez le mot "l'appareil photo", pour des vidéos, des films — c'est le caméra). J'ai du développer le film qui était 10 mètres chaque rouleau. Il y avait un boîte pour développer 5 fîmes en même temps et dans la salle obscur j'ai du mettre chaque escargot de la longueur de dix mètres. Donc, 50 mètres dans le caméra obscur, il faut mettre le film dans cet escargot. — D'accord, il fallait ranger... — Il faut garder... ne pas toucher l'un l'autre. Ça prend une demi heure. — C'est beaucoup... — Et après, il faut garder la température qui devait être stable, qui ne devrait pas changer, il fallait la garder dans le limite, maintenir la température entre le limite d'une demi degré. — Ça vous a donné le goût pour les films. Ça développait de l'envie de faire des vidéos. — Il y a deux fois quand j'ai préparé deux petits films comme des cadeaux pour ma femme pour nouvel an, mais chaque fois j'ai du commander de faire ça parce qu'il faut... Je veux dire, "faire le montage". Il faut apprendre pour savoir comment faire ça. Ce n'est pas facile. J'espère qu'un jour... Pour le faire moi même. Il y a beaucoup de projets. Mais je ne suis pas sage comme une image, je suis désorganisé absolument ! — C'est normal ! Tout le monde est désorganisé, mais pas tout le monde l'avoue. Donc ce que vous réalisez c'est déjà bien ! — Oui, mais c'est la moitié de l'affaire! — Comment diriez-vous «в Санкт-Петербурге»? — à Saint-Pétersbourg. — C'est correct. — Vous commencez parfois la phrase par « Ce que je travaille beaucoup…», quelque chose comme ça…. — C'est que. — Moi, je dirais «Comme je travaille beaucoup». «C'est que» c'est bizarre parce que d'habitude on utilise dans la phrase comme ça: «Ce que j'aime lire c'est…». Il y a deux parties d'habitude. Mais commencer la phrase comme «c'est que» — C'est bizarre . D'accord, on va voir. — J'ai enregistré, j'enregistrais. -Quelque chose d'intéressant, quelque chose qui est intéressant, quelque chose qui m'intéresse. — Deux fois j'ai préparé, je préparais. — Il faut, il fallait. — Voulez-vous me parler de vos autres projets ? — Non, on continue. — Lisez la question suivante. — Quel est votre sport préféré ? — Je dois avouer que le sport ne m'intéresse pas parce que je ne suis pas sportif. — D'accord, peut-être qqch comme les échecs? Le sport intellectuel ? — Je joue aux échecs mais sans fanatisme. — D'accord, bon, continue. — Quelle est votre émission télé favorite? — Oui, si vous regardez la télé. — Je ne regarde pas le télé. Moi, je regarde «Euronews» et parfois notre chaîne «Дождь». Je pense que c'est tout. Je lis beaucoup de nouvelles et d'articles. — Oui, c'est bien. Jouer aux échecs, au foot. Tout ce qui est le sport c'est avec la proposition «à». C'est facile. Jouer au foot (играть в), mais jouer du piano (играть На). C'est comme en russe, c'est logique. — Quel est le dernier bon souvenir que vous avez en tête. — Oui, qqch de bien. — Il y a beaucoup de souvenirs. Je viens de voyager en Italie et par exemple il y a l'histoire que je vous ai raconté avant notre cours… avec ? en France un avion. — C'est un bon souvenir pour vous ? — Oui, c'est un bon souvenir parce que j'ai passé beaucoup de temps en apprenant le français mais je n'ai pas beaucoup d'occasions pour pratiquer, pour mettre en pratique. Chaque fois c'est un surprise pour moi. De temps en temps, au magasin (parce que j'habite au centre ville) il y a assez de touristes étrangers. Si je les rencontre, je propose d'aider quand je vois qu'ils sont en stupeur. C'est un bon chance pour parler. Chaque fois ça me rend très heureux. J'ai parlé allemand, j'ai aidé un homme allemand à choisir le vin. J'ai parlé avec un Australien, des Français. Comme ma fille dit, je sais trouver un Français pour parler français. Si j'entends la langue française je ne manque pas la chance de parler. D'habitude, je peux trouver la raison! 1. Une paire de chaussures. Pour les gens on peut dire «un couple». 2. Chaque fois, on ne dit pas «tout les fois». Tous les jours, mais chaque fois. 3. J'ai aidé un homme à choisir le vin. — Avez-vous une marque de vêtements préférée ? — De vêtements, non. Il n'y a pas. — Si on vous donne un million d'euros quelle est votre toute première chose que vous achetez ? — Un tour de voyage. Un circuit. — Quelle est votre motivation dans la vie ? -Le développement de moi même, de mes enfants, de ma famille. — Quel est votre film préféré ? — J'aime Тарковский. Tous les films. — Type de musique préférée? Je ne comprends rien à la musique, au type, au style de musique. J'aime la musique classique mais je ne dirais pas que j'écoute la musique classique beaucoup. J'aime l'opéra par exemple mais d'habitude je suis m'inscris à qq chaîne française qui s'appelle Dizier et il me donne… — L'application comprend quelles sont vos préférences et vous propose ce qui peut vous intéresser. D'accord. Continue. — Dans quel pays aimeriez-vous vivre ? — Mes préférences changent de temps en temps. Il y avait une période où je voudrais vivre en France… Je pense que c'est l'Italie parce que les italiens nous ressemblent. — Je suis d'accord avec vous, c'est vrai. Notre mentalité… — A vrai dire, peut-être, je déménagerais en République Tchèque à Prague parce que ma société a deux bureaux étrangers en Allemagne et en République Tchèque. Allemagne, c'est trop chère. Mais beaucoup de mes collègues ont déménagé à Munich. Peut-être c'est une chose à discussion dans ma famille. — Votre famille est contre ou pour ? — Il y a beaucoup d'arguments pour et contre. Ma femme est juge donc elle devra perdre, arrêter son travail parce qu'il n'y a pas de sens… de Russie… Elle est très attaché aux petits enfants. C'est un grand argument contre. — Oui, j'imagine, d'accord. — En plus il faudra apprendre une autre langue… A-vrai-dire il y a quatre ou cinq langue que je voudrais savoir parler au moins en peu. Ce sont tchèque, italienne, allemande, française et… c'est tout. Ça couvre toutes mes rêves dans ce domaine. — C'est aussi un argument contre, plus tôt. — J'ai un professeur qui peut enseigner. Il habite à Minsk. Nous avons une entente. — Vous connaissez, je pense le verbe «entendre» et le verbe «s'entendre» donc «une entente» — договоренность. Par exemple quand vous fixez un rendez-vous vous pouvez dire «entendu». Tout simplement c'est participe passé «Salut, Pierre ! On va voir à six heure ?». «Oui, sans problème, entendu.» C'est une expression très courante. Voilà, vous avez une entente avec le professeur de tchèque à Minsk. 1. Ma société / En Allemagne / Je déménagerai/ Ils ont déménagé / Ils sont / Il y a une chose 2. Il y a beaucoup d'arguments, d'enfants, d'amis. Beaucoup de choses à faire, un peu de choses à faire. Même si vous avez plurielles vous avez toujours «de». De+le =du, de +la =de la, de+les =des. 3. Les langues que je voudrais parler — Vous irez sur une île déserte, vous emmènerez quoi ? — Du feu. Les allumettes. — C'est tout ? Il y a d'autres choses peut-être ? — Il faut préparer une liste. — Une liste, d'accord, donc, il faut bien se préparer… On a fait la connaissance. Vous avez, peut-être, des questions à moi? — Maintenant, non. — Donc, ok, alors. Je voudrais vous parler un petit peu… Lisez, s'il vous plaît. L'amitié. Vous avez devant vous un test qui s'appelle «Comment vivez-vous l'amitié ?» Vous comprenez ce que c'est l'amitié ? — Le métier ? — Non, l'amitié. Pas le métier, mais l'amitié. C'est comme vous êtes ami à qqn. Il y a l'amour et il y a l'amitié. — L'amour et l'amitié. — Voilà, donc vous comprenez la question ? «Comment vivez-vous l'amitié ?» Qu'est-ce c'est l'amitié pour vous ? Je vis l'amitié. Vivre la vie, vivre l'expérience, vivre l'amitié. Je vous propose de voir le test. Peut-être après vous comprendrez mieux de quoi il s'agit dans le titre. Je vous propose de lire des questions et les répondre. — Combien d'amis intimes avez-vous ? — Je pense que je n'ai pas d'amis intimes. Parce que j'ai des collègues. — Vous avez votre famille. — Oui, une grande famille. Avec votre / vos amies de quoi parlez-vous souvent ? Je n'ai pas d'ami, donc… — Oui. Si vous n'avez pas d'ami vous ne répondez pas la question. Vous la lisez tout simplement… 1. De vos secrets 2. De vos rêves et de vos envies 3. De tout et de rien 4. De tout, sauf des sujets intimes Est-ce-que c'est clair? — Quelle est la qualité que vous recherchez en priorité chez un(e) ami(e) ? C'est normal ! Une chose c'est être amis et une autre c'est habiter ensemble. Vous comprenez ? a) La fidélité b) l'écoute c) la sincérité d) autre Je ne sais pas, la fidélité. — Quel est le défaut que vous n'acceptez pas chez un(e) ami (e)? La malhonnêteté, l'égoïsme, l'indifférence. — Si vous voulez choisissez qqch. — J'ai pu vivre avec un égoïste en Allemagne. Maintenant, en tout cas, nous sommes les amis. — D'accord et la cinquième question ? — Quelle est votre définition de l'amitié ? L'amitié, c'est… 1. Pouvoir partager les bons et les mauvais moments de l'existence 2. Être complice et se sentir bien ensemble dans toutes les situations 3. Quand on a des intérêts semblables 4. Un sentiment solide qui résiste au temps 5. autre en tout cas, tout ce qui est dit ici peut être utilisé comme la définition. — Vous ne faites pas de différence. Tout ça c'est de l'amitié. D'accord. Aujourd'hui, c'était le jour de tests, le jour de questions et de réponses. J'ai compris ce qu'il faudra faire. Nous allons travailler et nous allons continuer. C'est tout pour aujourd'hui !
Повторение нового материала к уроку 221

" Dépenser ", c'est pour l'argent. Pour le temps, on dit " je passe " ou " je perds "

Vous avez deux mots "raconter" et "rencontrer" et vous les confondez toujours comme tous les russes, c'est normal. Si vous regardez à l'intérieur de ses mots vous pouvez voir ici: "rencontrer" — le mot "contre", vous êtes contre une personne. Comme ça vous pouvez mémoriser.

Et "raconter". Est-ce que vous savez un mot "un conte" — сказка? (Compter считать, c'est un
homonyme, mais il s'écrit avec "m". Mais si vous voulez, vous pouvez associer avec le mot "compter" aussi, parce que quand vous racontez quelques chose vous parlez de vous pensez, vous comptez)

Avant le (!) travail, mais avant de (!) travailler. Avant de faire qch et avant qch - déjà sans " de ".

Quelques choses d'intéressant. Quelques choses + adjectif avec " de " (!) : de neuf, de nouveaux, de mauvais, d'intéressant, de bien. Et aussi: rien d'intéressant.

Échanger des idées

Tout ce qui est le sport c'est avec la proposition «à». C'est facile. Jouer au foot (играть в), mais jouer du piano (играть На). C'est comme en russe, c'est logique.

Une paire de chaussures. Pour les gens on peut dire «un couple».

Chaque fois, on ne dit pas «tout les fois». Tous les jours, mais chaque fois
.
«Une entente» — договоренность. Par exemple quand vous fixez un rendez-vous vous pouvez dire «entendu». Tout simplement c'est participe passé «Salut, Pierre ! On va voir à six heure ?». «Oui, sans problème, entendu.» C'est une expression très courante.
Il y a beaucoup d'arguments, d'enfants, d'amis. Beaucoup de choses à faire, un peu de choses à faire.
Même si vous avez plurielles vous avez toujours «de».

Вопросы и комментарии к уроку.

Не стесняйтесь задавать вопросы и комментировать.

У этого урока есть Народный конспект. Если хотите, вы можете его дополнить информацией, котую считаете важной для повторения и запоминания.

Для этого напишите здесь свой комментарий и дополните его временной меткой, где преподаватель на уроке рассказывает о новом материале — так это место легко будет потом найти в записи и прослушать во всех подробностях. Пометьте, что это для Народного конспекта — и мы перенесем вашу запись на вкладку. Всё просто! :)

А вообще любые комментарии и вопросы здесь приветствуются — нам ведь нужна обратная связь.

Bienvenue à toutes et à tous ! :)

На страницу урока.

Посмотреть все

Последний комментарий к уроку:

popov-ilya: Определенный артикль “les” это по факту все экземпляры чего-то исчисляемого. Поэтому если из(de) этих всех мы что-то берем, мы получим некоторое конечное множество, что собственно и означает неопределенный артикль “des”:).

Судя по всему, это так и есть. Причем, впервые эту идею я услышал от Стефано, итальянца, живущего полжизни во Франции. Он говорил это мне, слушавшего отрывши рот, как совершенно естественные и очевидные вещи. А я не понимал его, какая связь. А вот!

Добавьте свой комментарий