Урок 202

- Bonjour ! Bonsoir ! Bonne nuit ! Madame et chères cabines que je ne vois pas depuis longtemps ;qui me ne voit pas depuis longtemps. Bonjour chères cabines qui ne m’ont pas vu depuis longtemps ; que je n’ai pas vu depuis longtemps. - Pourquoi ? - Pourquoi on ne se voit pas ? À cause de mes vacances parce que je viens de revenir d’Italie où dans un moment sacré, la connaissance de la langue française a joué un rôle important. - Répétez, s’il vous plaît, votre idée. Je n’ai pas compris le début. - ...où la connaissance de la langue française a joué un rôle important, dans un moment sacré... - Sacré, c’est trop. - Très important, très grave...a joué un rôle très important. - C’est-à-dire ? - C’est une histoire pas courte, c’est une histoire longue. - Pourquoi vous êtes allés en Italie ? - Parce que j’aime l’Italie, parce que je suis catholique et cette semaine est pascale chez nous, les catholiques. C’est la raison pour laquelle, c’est pourquoi vendredi dernier, la semaine dernière, il y a huit jours, il y a quinze jours je suis parti en Italie, à Rome, au Vatican pour fêter Pâques catholique. Alors, il y a trois jours je suis allé à la Place Saint-Pierre devant la Basilique Saint-Pierre, j'étais [debout] sous le balcon de notre Pape qui s’appelle François. J’ai assisté à son message / discours pendant lequel il s'est adressé à la ville et au monde entier. C’est la raison pour laquelle le message pascal s’appelle « Urbi et Orbi ». J’ai assisté à cette belle cérémonie où il y avait trente mille fleurs apportés de Pays-Bas, où il y avait un orchestre et les gardiens célèbres habillés en costumes dessinés par … - Léonard de Vinci ou Michelangelo [Michel-Ange]. Je les confonds toujours. - Je ne sais pas non plus. En revanche, je sais bien comment ils sont. Ils portent un chapeau avec une plume, ils portent un pantalon rayé / à rayures, jaune et bleu. Ils ont des armes. Ce n’est pas vrai. Je n’ai pas pu être là parce que je suis retourné à Saint-Pétersbourg de jour avant. J’ai voulu être là mais je n’ai pas pu parce que je suis parti la veille. J’ai voulu être là mais je n’ai pas pu parce que j'étais parti la veille. Vous n’avez pas raison la veille le temps était nuageux mais supportable. Heureusement, après qu’on est partis, le lendemain il faisait froid. Mais pendant que François était en train de prononcer son message… - « Urbi et Orbi », votre langue préférée maintenant, c’est la langue italienne, c’est-à-dire la langue latine. - … La pluie s’est arrêtée. Dieu merci ! - Merci notre Seigneur ! Notre Seigneur Jésus Christ. - Quelle déception ! Vous n'êtes pas patriote de Russie, Federation de Russie, nos Patrie, nos pays. - Si j’ai bien compris vous n'êtes pas au courant non plus. - Vous ne savez pas que Pâques orthodoxe c’est la semaine prochaine, le week-end prochain, la nuit du onze au douze avril. Je ne suis pas au courant non plus. - Pourquoi ? - Contrairement à vous qui habitez en banlieue, je ne prends pas le métro où je pourrai entendre dire que le métro sera ouvert toute la nuit du onze au douze avril parce que c’est Pâques orthodoxe. Je suis très tolérant mais c’est difficile d’habiter au centre ville ces jours-là. Premièrement, on habite a cote de la cathédrale Notre Dame de Vladimir. La veille de toutes les grandes fêtes religieuses, orthodoxes il y a beaucoup de monde. Et le lendemain aussi et le surlendemain aussi. En France, en Italie il y a la semaine pascale, en Russie ce sera la semaine prochaine. Je ne suis pas très au courant parce que aux pays civilisés, développés, les sujets religieux et politiques sont personnels et intimes. On n’en parle pas. On préfère parler de temps qu’il fait, du repas et des voyages parce que c’est neutre. Par exemple, moi, j’ai manqué deux cours, c’est-à-dire quinze jours, c’est-à-dire quatre cours. Moi, j’ai manqué quinze jours, j’en ai manqué quinze, c’est-à-dire que j’ai manqué deux semaines, celle d’il y a huit jours et celle d’il y a quinze jours, celle-ci et celle-là. C’est-à-dire que j’ai manqué quatre cours. J’en ai manqué quatre, ceux de mardi et ceux de vendredi, ceux-ci et ceux-là. - Pourquoi ? - Autant que vous sachiez d’abord j'étais très malade et malgré ma maladie je suis parti en Italie pour être guéri. - Vous y avez passé combien de jours ? - On y a passé huit jours. - Où vous avez été ? - On a été à Pérouse, on y a passé six jours, et après on en a passè deux à Rome. - Pérouse, qu’est-ce que c’est ? - Pérouse, c’est la capitale d’Ombrie. - Qu’est-ce que c’est ? - C’est une capitale régionale, c’est la capitale de région qui s’appelle l’Ombrie. - Qu’est-ce que c’est ? - C’est une région qui se trouve à l’Ouest d’Italie, entre la Toscane et la Lazio, pas très près de Rome, à trois heures en train de Rome. - Vous êtes russe ? - Trois heures en train, c’est nul pour nous, patriotes, orthodoxes, etc. Mais pour les Italiens, c’est assez loin. - Comment vous êtes arrivés à Pérouse ? - C’est une grande histoire. - Non, comment c’est-à-dire il n’y a pas d’avion direct. - Oui, on a dû prendre trois trains. Premièrement, on a pris l’avion à Saint-Pétersbourg. - C’est banal. C’est évident. - C’est évident mais ce n’est pas banal. Comment vous êtes arrivés à l'aéroport Pulkovo ? - En taxi. - En taxi ? Bcbg ! Combien vous avez payé ? - À peu près 500 roubles. - Vous jetez l’argent par la fenêtre. - Mais c’est les vacances. - Et alors ? Il faut payer. - C’est que c'était le jour où on a dû prendre l’avion et trois trains après, pour ne pas être fatigué, c’est normal de payer le taxi. - Et le bus ? - C’est trop, avec les valises. - Grandes valises ? Vous n’en avez pas ! Vous m’aviez dit. - On a pris le taxi pour arriver à l'aéroport. - C’est un vol direct ? - Oui, c’est un vol direct de Saint-Pétersbourg à destination de Rome. On a pris le train parce qu’il y a le bus très pas cher, très confortable qui vont jusqu'à la gare centrale. C’est très pratique. - Le train est pratique et confortable aussi. - Moi, je préfère le bus. - Mais le train de l'aéroport à la gare centrale était en retard. On n’a pas pu être à temps pour prendre autre train direct de Rome à Pérouse. C’est la raison pour laquelle on a dû attendre une heure et demie, sans changer les billets, mais le train n'était pas direct. Alors, on a dû faire deux correspondances. Le train devait être direct. On a dû faire une correspondance de plus, perdre plus de temps. - Qu’est-ce que vous avez fait à Pérouse ? Il n’y a pas de faire là-bas. - Si ! Il y a beaucoup de choses à faire. Par exemple, il y a un grand musée archéologique où on était seuls. C’était agréable. Il y a plusieurs galeries d’art où on était seuls. - Bienvenue à Pérouse ! - Oui, pour la raison on n’est pas très visité. C’est touristique mais seulement pour les Italiens. Personne de gens étrangers / aucun étranger. On a pu entendre l’allemand et parler anglais un fois, sans entendre parler la langue française. - OK, mais six jours c’est trop. Vous avez voyagé aussi dans la région ? - On a eu des projets d’aller à Assise, on a admiré cette ville à distance. - C’est un banlieue ? - C’est une grande ville mais à 20 km de Pérouse. On peut voir parce que 20 km, ce n’est pas une grande distance. Toutes les deux villes se trouvent en montagnes. - Pourquoi vous n’y êtes pas allés ? - Parce qu’il y a beaucoup de sites à visiter à Pérouse où il n’y avait personne sauf nous et après on est revenu à Rome où on a rencontré notre ami qui habite à Munich, qui était à Rome à ce moment-là. - Et à Rome, pourquoi vous n’avez pas participé à célébration pascale ? Vous avez vu la Semaine de Passion ? C'était évident, ça s’appelle Pâque. On a visité la Basilique Saint-Pierre ? - On a essayé mais à cause de préparation de Pâque, elle était fermée à midi. - Parce que c'était samedi ou vendredi ? - Samedi. - Bien sûr que c'était fermé. - Pas samedi, vendredi. - Vendredi, c’est sacré pour tous les chrétiens. - Il y a eu un grand panneau, où c'était écrit « fermeture » [chiuso]. - Vous allez en Italie, vous n'êtes pas catholique et vous n'êtes pas au courant de Pâque. Quel scandal ! - Donc, on a visité le château Saint-Ange. - Maniaque ! C’est trop cher et c’est nul ! - Oui, avec le prix de billet… - Pourquoi vous ne m'avez pas demandé ? - C’est ma femme. - Il fallait me demander là parce que j’avais visité ce château et j'étais absolument déçu. Premièrement, ça coûte les yeux d'la tête et deuxièmement, il n’y a rien à voir. - J’avais résisté pendant notre visite à Rome. Comme la Basilique Saint-Pierre était fermée, ma femme a insisté cette fois-ci qu’on y aille. Premièrement, on a perdu au moins une demi heure en attendant au soleil, après être entré on a vu dans ce moment-là, qu’on ne peut pas payer par carte. C'était une grande surprise. J'étais très irrité et très indigné, choqué, [exclusivement] totalement. J’ai dû aller chez nous. Dieu merci, on habitait à côté. j’ai été tellement irrité que j’ai été debout devant la queue... - Mais c’est Italie ! Bienvenue à Italie ! - C’est que l'ouvreur / un placeur / contrôleur de billets m’a répondu. - En français ? - Non, en italien, en anglais. - En anglais, c'est déjà un progrès pour les Italiens. Parce que quand vous allez en Italie, vous devez savoir tout d’avance. En Italie c'est toujours comme ça. Premièrement, vous devez le savoir depuis longtemps. Deuxièmement, quand vous êtes la semaine de Pâque, il y a partout pleine de monde. Moi, j’avais attendu trente minutes pour entrer au château Saint-Ange. Après il n’y a rien à voir. Vous avez visité après ? Après vous êtes revenus ? - Oui, ma femme m’a attendu pendant que je courais chercher de l’argent en espèce et en liquide. - Bien sûr. C’est la même chose la semaine prochaine dans votre quartier. il y aura beaucoup de monde, messe, cloches,etc.


Вопросы и комментарии к уроку.

Не стесняйтесь задавать вопросы и комментировать.

Начните писать к этому уроку свой конспект! Сделайте пометку: «для Народного конспекта» — и мы перенесем сюда и закрепим вашу запись. А то просто комментируйте и задавайте вопросы.

Bienvenue à toutes et à tous ! :)

На страницу урока.

Последний комментарий к уроку. Посмотреть все.

Oa (on a) dû faire une correspondance de plus, perdre plus de temps.

Добавьте свой комментарий