Урок 180

— Bonjour ! Bonsoir ! Bonne nuit ! Bienvenue á tous ! La dernière fois j’ai vu le même Français qu’aujourd’hui. Merci beaucoup. Quand il était debout j'étais derrière son dos, je n’ai pas compris grand'chose. D’habitud, quand je regarde le visage de personne qui parle / quand je regarde les Français parler je comprends mieux / tout ce qu’ils disent. C’est pourquoi je ne veux pas regarder les nouvelles du journal télévisé à propos de / sur l’accident à l'aéroport Vnoukovo de Moscou. Premièrement je connais cette histoire, elle est tragique, dramatique, sinistre, atroce, épouvantable, terrible, horrible et deuxièmement en regardant votre TV, il y a beaucoup de bruit / de choses qui me dérange. C’est la raison pour laquelle pour comprendre je dois me concentrer, mais c’est difficile à faire. Ce qui est facile à dire est difficile à faire. Je vous promets de trouver, de regarder ce sujet mais c’est n’est pas obligatoire parce que je connais tous les détails de cette affaire. Contrairement à Jean Monnier ce n'était pas un suicide, c'était un accident. Malheureusement à cause de cet accident nous avons des problèmes avec tout le monde et (tout) le monde entier. Une dame en certain âge ; entier(e) ; le lait entier. C’est la raison pour laquelle toute la nuit j’ai essayé d’acheter des billets d’avion pour Noël. — Dans quel pays ? À quelle destination ? — À destination de Florence. J’ai perdu plusieurs heures, j’en ai perdu quatre, j’ai dû aller à la banque pour virer / mettre / verser / approvisionner / alimenter de l’argent sur mon compte pour pouvoir utiliser plusieurs devises étrangères et toutes les cartes : les cartes de crédit, les cartes de débit. Nous avons eu une histoire, car je n’ai pas pu payer les billets sur Internet en payant par carte de débit parce que en Europe, on préfère les cartes de crédit. En même temps j’ai pu payer par la carte de crédit. C’est pourquoi j’ai essayé d’utiliser toutes les variantes. J’ai utilisé plusieurs sites. Car mon ami Arnaud qui est Français écoute nos cours et corrige et fait de remarques différentes, je dois expliquer qu’en Russie en général on utilise les cartes de débit, pendant qu’en France ils ont tous les cartes de crédit. C’est-à-dire qu’on peut dépenser plus qu'il y a a votre compte et être à découvert. C’est la raison pour laquelle on ne réussit pas toujours à payer sur Internet les billets et à louer une voiture. J’ai plusieurs cartes au cas où. — Pourquoi vous avez décidé d’aller en Italie à Noël ? — Nous avons décidé d’aller en Italie parce que c’est le désire de ma femme de voir Florence. Nous avons été en Florence. — Vous avez été en Italie plusieurs fois ! — En France aussi. — Il y a beaucoup d’autres pays. Moi, j’ai cherché un billet jusqu’à Israël. Je suis stigmatisé. — Nous n’avons pas de projets exacts, concrets, précis. Nous voulions faire un tour de plusieurs villes. Nous voulions faire un parcour / Nous voulions parcourir la Toscane et visiter plusieurs villes en Toscane. — Il y a beaucoup d’autres pays. Vous avez déjà été en Italie et en France. Il y a des pays exotiques. — Je n’aime pas de pays exotiques. Je préfère l’Europe, le Vieux Monde. Malgré tous mes efforts je n’ai pas pu acheter de billets aller-retour. — C’est pourquoi vous feriez quoi ? J’ai abandonné cette idée ? — Après en, je pense que je vais appeler des agents de Finland qui ont rejeté mes essais / qui ont refusé / qui n’ont pas accepté mes essais de payer / de régler. Après, on verra. — Pourquoi vous ne me félicitez pas / remerciez pas car je suis venu pour la deuxième fois sans retard ? La première fois, ce mardi j'étais en avance après ma visite chez le kiné et aujourd’hui, c’est la même chose. Je suis venu à temps / à l’heure pour la même raison parce que je lutte contre mes maux de tête. La lutte, la lutte sociale ; lutter (pour / contre) C’est la raison pour laquelle je vais chez le kiné. Ça va continuer la semaine prochaine avant que j’aille / que je parte en France. — Quand partirez-vous en France ? — Nous irons en France le premier novembre. Nous avons une fête qui a lieu le quatre novembre. — Qu’est-ce c’est qu’on fête ? — Je pense que personne en Russie ne sais ça / ne le sais, tout le monde aime cette fête parce que grâce à celle-ci, il aura le week-end prolongé. Je ne dis pas de tout le pays mais à Saint-Pétersbourg, c’est un vrai hiver : neige, chasse-neige, c’est dangereux et il faut profiter du week-end prolongé. J’irai, je partirai, je resterai 8 jours à Paris. Je pense que nous avons des projets de visiter un banlieu, des environs de Paris. — C’est-à-dire, Versaille, Fontainebleau. — Nous avons été en Fontainebleau, à Chartres. Nous en avons déjà parlé. — Chantilly ? Giverny. Je vous parle de Chantilly. Vous avez été en Chantilly ? Vous êtes russe, Ilya. Pour vous tout est aux environs de Paris. Pour les Français, ce n’est pas en environs de Paris. Giverny, c’est très loin, c’est en Normandie. — Pour aller à Giverny nous avons pris le train et ça n’a pris qu'une demi-heure. Et là, nous avons loué des vélos pour nous déplacer. C’est une expérience agréable. Cette fois nous sommes fatigués d’aller en France. À Noël on préfère l'Italie. — Qui vivra verra. — Je partirai parce que je n’ai plus rien à lire. J’ai fini de lire « Thanatos Palace Hôtel ». À cause de vous je n’ai pas dormi jusqu'à 6 heures du matin et vous non plus à cause de moi. — La raison est différente. — Je n’ai pas pu garder le silence quand j’ai fini de lire cette nouvelle magnifique et adorable. J’ai lu cette nouvelle jusqu'à 6 heures du matin parce que je pensais que la lecture [m'aiderait à m'endormir]. — Pourquoi tu dis ça ? Qu’est-ce c’est que ça ? C’est un scandal. C’est une catastrophe. — Parce que c'était agréable, facile, intéressant, passionnant, intriguant. J’ai lu jusqu'à 6 heures parce que j'étais intrigué et passionné. Quand j’ai fini de lire je n’ai pas pu m'empêcher de vous envoyer un texto avec mes émotions passionnantes. J’ai écris : À bas Hitchcock ,vive André Maurois. — C’est la meilleure nouvelle, je n'aime pas beaucoup les autres. Les autres sont petites et faciles à lire mais n’est pas si intrigantes. Il faut lire et écouter. — Car la semaine prochaine je vais lire une autre nouvelle permettez-moi de vous raconter le résumé, la fin de la nouvelle « Thanatos Palace Hôtel ». J’ai déjà résumé cinq fois la première moitié. Permettez-moi de vous raconter la deuxième moitié de cette nouvelle qu’elle la plus intéressante, intrigante, passionnante. La dernière fois je vous ai dit que Jean Monnier a acheté le billet de train en simple aller et il est arrivé à la frontière avec le Mexique pour se suicider sans souci au prix forfaitaire, parce que tout est compris : le transport, le transfert, le cimetière, les funérailles, le corbillard, la tombe. En allant en train il regardait des personnes d’origine africaine travaillés aux champs de coton et il admirait le contraste entre leur peau noire et le coton blanc. — C’est une nouvelle de la première moitié du XVIII siècle. Il n’y avait pas le style politiquement correct. Le politiquement correct, ce n’est pas toujours très positif, à mon avis, parce que maintenant on exagère. Aux États-Unis, en France avec le politiquement correct on exagère. — Quand il est descendu du train il a remarqué deux jeunes filles d’origine autrichiennes qui allaient dans la même direction pour se suicider car leur destin n'était pas facile. — J’ai oublié pourquoi. — Tous les invités / clients de cet hôtel avaient les raison pour y être. Leur histoire était tragique, atroce, sinistre. À 18 ans toutes les deux ont rencontré un Hongrois qui était aristocrate noble, beau comme un demi-dieu, musicien. Toutes les deux sont tombées follement amoureuses de lui. Quelques mois après il a demandé à mariage une de soeur pendant que l’autre a essayé de se noyer. Donc la première soeur a décidé de renoncer au mariage et au bonheure pour se suicider ensemble. Au même moment elles ont reçu la même lettre de Thanatos Palace Hôtel. Quand notre héros est descendu du train il y avait une voiture. — C’est ça, le transfert. Il y avait une voiture pour faire le transfert jusqu'à l'hôtel. — Premièrement le chauffeur a parlé beaucoup et après il s'est tu parce que à l'époque il a décidé de se suicider aussi mais en arrivant / après être arrivé il a eu un emploi / un travail et il y est resté. Après être arrivé Jean Monnier y a rencontré une belle femme qui s’appelait Clara qui avait un destin malheureux, sinistre et atroce parce qu’elle a quitté son mari riche pour un artiste pauvre qui l'a quitté tout de suite et elle a décidé de se suicider.

Вопросы и комментарии к уроку.

Не стесняйтесь задавать вопросы и комментировать.

Начните писать к этому уроку свой конспект! Сделайте пометку: «для Народного конспекта» — и мы перенесем сюда и закрепим вашу запись. А то просто комментируйте и задавайте вопросы.

Bienvenue à toutes et à tous ! :)

На страницу урока.

Посмотреть все

Последний комментарий к уроку:

à présent <-> après en, забавно получилось

Добавьте свой комментарий