Урок 112

Не удалось найти URL спецификации гаджета


Диалог урока
— Alors, Ilya, on y va ?
— On y va. Où est Michael ?
— Nous commençons, il arrive dans deux minutes. Comment ça va aujourd'hui, Ilya ?
— Ça va pas mal.
— Pourquoi vous n'êtes pas en retard aujourd'hui ? Nous sommes surpris, étonnés et choqués. C’est choquant, c’est étonnant, c’est surprenant !
— J'ai perdu le sommeil, c'est pourquoi je me couche très tard et je me lève très tôt.
— Maintenant ?
— Maintenant, et hier, et avant-hier...
— Depuis quand avez-vous perdu le sommeil ?
— Depuis trois jours.
— C'est le printemps ?
— Ce n'est pas à cause du printemps, malheureusement.
— Serguey, comment ça va aujourd'hui ?
— Ça va bien aujourd'hui, je suis en forme, je me sens omnipuissant.
— Est-ce que vous dormez bien, contrairement à Ilya ?
— C'était une blague !
— Malheureusement. Vous dormez bien ou vous dormez mal ? Ilya dort mal.
— Ça va mal, je ne suis pas encore en forme, je suis fatigué (parce que je travaille beaucoup), je ne me sens pas omnipuissant.
— Bravo, Serguey ! On vous demande : « vous dormez bien ou mal ? ». Ilya ne dort pas bien.
— Je ne dors pas bien...
— Parce que c’est le printemps...
— Où ?
— À Saint-Pétersbourg !
— Finalement...
— C'est une blague !
— Mais en France, Serguey, il fait beau, il fait chaud. Demain il fait vingt-quatre sur toute la France. La météo annonce 24 degrés sur toute la France ! Il faut aller en France, Serguey !!!
— Oui, il faut aller en France.
— Entrez, Michael !
— Bonjour !
— Je dois être à leur place.
— Pourquoi, Michael, vous êtes en retard aujourd'hui ? C'est la prérogative de Ilya !
— Je suis en retard aujourd'hui parce que contrairement à mes amis tout le temps j'ai beaucoup de travail ! C'est pourquoi de temps en temps je dois continuer mes projets pendant mes cours. Il me faut travailler.
— Est-ce que, Michael, vous êtes en forme aujourd'hui ?
— Oui, finalement je suis en forme, mais mon dos continue à me faire mal.
— Serguey, avez-vous faim maintenant ?
— Non, je n'ai pas faim maintenant parce que je viens de manger.
— Ilya, avez-vous soif maintenant ?
— Non, je n'ai pas soif maintenant parce que je viens de boire du café.
— C'est un crime ! C'est un scandale !
— C'est ça !
— Nous sommes choqués, étonnés et surpris ! C’est étonnant, c’est surprenant !
— Je suis à l’heure, je prends du café.
— Michael, avez-vous sommeil maintenant ?
— Oui, j'ai sommeil comme toujours.
— Serguey, avez-vous besoin d'un café ?
— Non, je n'ai pas besoin d'un café par solidarité avec Ilya (avec lui), parce qu'il lui est interdit de boire du café.
— Ilya, avez-vous envie d'un café ?
— Oui, j'ai envie d'un café. Mais malheureusement il m'est interdit de boire du café.
— Je suis étonné (choqué), Ilya consomme (boit) du café mais le café lui est interdit.
— J'ai une question ! Permettez-moi de vous poser une question !
— On peut garder le silence et gesticuler. Parlez beau, comme Voltaire ! D'accord, Ilya, je vous permets de me poser votre question. Je vous écoute.
— J'ai peur que j'ai oublié ma question mais je vais essayer.

[ 0:16:45 ]
— Michael, est-ce qu'il fait beau aujourd'hui ? Splendide, magnifique et agréable ?
— Oui, mon général. Il fait très beau aujourd'hui. Le temps est splendide, agréable et magnifique. Il fait frais.
— Est-ce qu'il pleut aujourd'hui, Ilya ?
— Non, il ne pleut pas.
— Il va pleuvoir cet après-midi (ce soir). La météo nous annonce que ce soir il va pleuvoir...
—...Driiiinnng...
— C’est la météo ?
— C'est ma réunion.
— Il ne pleut pas mais dehors il y a beaucoup de flaques et gadoues-gadoues (et beaucoup d'ordures) comme toujours à Saint-Pétersbourg mais surtout au printemps quand la neige disparaît. Et toutes les ordures qui étaient cachées sous la neige deviennent visibles (elles apparaissent).
— Est-ce que le soleil brille aujourd'hui, Serguey ?
— Le soleil brille aujourd'hui mais il ne chauffe pas c'est pourquoi il fait froid. C'est une blague de Dieu.
— Est-ce que le ciel est bleu, clair et dégagé aujourd'hui, Ilya ?
— Le ciel est bleu, clair et dégagé, il n'y a pas de nuages.
— Est-ce qu'il fait humide ou sec aujourd'hui, Serguey ?
— Il fait sec...
— Il y a beaucoup de flaques, de gadoue et d’ordures... « Il fait sec ! »  
 — À mon avis ! J’insiste ! C'est une blague de Dieu. Dieu aime les blagues.
— Qu'est-ce que vous avez mangé aujourd'hui, Ilya ?
— J'ai mangé du chou-fleur avec du poulet et j'ai bu du café.
— Combien de tasses ?
— Seulement une tasse de café.
— Serguey, qu'est-ce que vous avez mangé ?
— J'ai mangé des pommes de terre (des frites), je n'ai pas mangé de viande parce qu'il y a le carême maintenant.
— Tu suis le carême ?
— Oui, je le suis.
— Je ne le suis pas.
— ...Parce que je suis vieux et malade.
— Parce que c'est la violence contre les hommes. C'est contre la nature de l'homme.
— Regardez-moi s'il vous plaît ! J'apparais !
— ...☏♫♪♫☏...
— C’est un scandale ! Michael a disparu.
— Michael a apparu et a disparu.
— Regardez-moi encore une fois ! Me voici ! J'apparais et je disparais, je vais et je viens aujourd'hui.
— Rappelez-vous la célèbre chanson de Serge Gainsbourg ! «  Tu vas et tu viens ». Vous ne la connaissez pas ? « Je t'aime, moi non plus »? C’est une chanson de Serge Gainsbourg, très connue.
— Напойте !
— Je ne peux pas. C’est une chanson vulgaire.
— Nous n'aimons pas Serge Gainsbourg.
— Pourquoi ? Il faut écouter les textes. Le sens de ses chansons ce sont les textes. Bien sûr, parce qu’il était russe et français. Ses parents étaient russes. Michael, vous êtes antisémite aujourd’hui ?

[ 0:33:45 ]
Panorama, p.102
— Michael, où est votre livre ?
— Je vais partager le livre de Ilya.

— À la page 102 nous avons neuf panneaux et on va faire maintenant l’exercice 2. Écoutez les trois dialogues. Devant quel panneau se déroule la scène ? Qui sont les personnages ? Quel est le problème ? Relevez les formules d’interdiction, de demande d’autorisation et d’excuse.

« Leçon 11. Exercice 2. Page 102. Écoutez les trois dialogues. Répondez aux questions posées dans le livre.
1) – Et alors vous n’avez pas vu le panneau ?
    –  Le panneau ? Quel panneau ?
    –  Le panneau de sens interdit.
    –  Il y a un panneau de sens interdit ?
    –  Oui, Madame.
–  Alors là, excusez-moi. Je ne suis pas d’ici. Et il a des voitures garées dans les deux sens.
   – Bon. Vous avez vos papiers ?
2)  – Pardon, Monsieur. À quelle heure on peut visiter l’église ?
 – On ne peut pas visiter, Madame. L’église est fermée. On fait des travaux de restauration.
     – Ah, bon. Nous sommes des touristes. Vous nous autorisez à regarder un peu ?
     – Regardez par cette porte. Mais n’entrez pas, s’il vous plaît. Ça peut être dangereux.
3)  – Bon ! On va commencer la réunion. Monsieur Gerbault, vous avez la parole.
   – Excusez-moi ! Ça dérange quelqu’un si je fume ?
   – Moi, ça m’est égal, mais je ne sais pas si tout le monde est d’accord.
   – Écoutez, Pierre, si on vous permet une cigarette, vous n’allez pas arrêter de fumer jusqu’à la fin de la réunion. Alors, non, c’est défendu ! C’est dé-fen-du ! »

[ 0:41:00 ]
–  Sergueï regarde le livre. Ce n’est pas bien.
-------1----------
– Michael, devant quel panneau ci-contre se déroule cette scène ?
– Cette scène se déroule devant le troisième panneau ou le panneau numéro 6.
– Qui sont les personnages, Ilya ?
– Les personnages de cette scène sont un gendarme et une blonde qui ne sait pas garer sa voiture (qui ne sait pas se garer).
– Pourquoi, Ilya, vous pensez que c’est une blonde ?
– C’est un stéréotype.
– Quel est son problème, Sergueï ?
– Cette femme a plusieurs problèmes. Premièrement, elle est blonde. Deuxièmement, elle ne sait pas garer sa voiture. Troisièmement, elle n’est pas attentive. Elle ne voit pas le panneau.
– Et le gendarme !
– Elle se gare là où c’est interdit.
– Ce n’est pas vrai. Premièrement, elle a roulé dans la rue à sens unique et son argument était que les autres voitures étaient garées dans (les) deux sens, c’est-à-dire que la rue n’est pas à sens unique. Elle ne va pas se garer.
– Tout ça n’est pas important parce qu’enfin le gendarme lui a demandé son numéro de téléphone et ses papiers (pour voir comment elle s’appelle).
– Ils ont beaucoup de fantaisie et (d’)imagination. Trop d’imagination !

-------2----------
– Ilya, devant quel panneau ci-contre se déroule cette scène ?
– Je suis sûr que la scène se déroule devant le panneau numéro 8 – « Accès interdit. Travaux de restauration ».
– Qui sont les personnages, Sergueï ?
– Les personnages de cette scène sont des touristes qui veulent visiter l’église et des ouvriers qui  travaillent dans cette église (qui travaillent là-bas).
– Quel est leur problème, Michael ?
– Leur problème était très grave et désagréable, parce que les touristes voulaient visiter et voir l’église, mais cette église était fermée pour la restauration.
– Et l’ouvrier leur interdit d’entrer dans l’église mais il leur permet de regarder par la porte.
– Parce qu’entrer – c’est dangereux.
– J’ai une question. Où vous avez entendu (parler) de restauration dans le dialogue ?
– Dans un autre exercice, Sergueï !

-------3----------
– Sergueï, devant quel panneau se déroule cette scène ?
– Cette scène se déroule devant le deuxième panneau « Défense de fumer ».
– Qui sont les personnages, Ilya ?
– Les personnages sont les employés de la société « Performance 2000 », qui se sont réunis pour une réunion.
– Quel est leur problème, Michael ?
– Une personne voulait fumer et il (elle) a demandé la permission de fumer. Les autres lui ont défendu de fumer (les autres lui ont défendu de le faire).
 
[ 1:09:40 ]
– Est-ce que, Michael, dans votre bureau il y a beaucoup d’interdictions ?
– Non. Nous n’avons presque pas d’interdictions.
– Nous pouvons faire dans notre bureau presque tout ce que nous voulons.
– Non, ce n’est pas vrai. C’est défendu de fumer dans notre bureau. Pour fumer on doit sortir (il faut sortir) dans l’escalier.
– En plus, dans notre bureau il est interdit de boire beaucoup de vodka (beaucoup d’alcool), mais il est permis de boire un peu de martini chaque heure (et chaque soir).
– Vous pouvez boire de l’alcool qui est dans le frigo en bas. (...boire l’alcool qui...)
– Dans notre bureau on peut mettre tous les vêtements, mais on ne peut pas être nu, malheureusement.
– Ce n’est pas vrai. Tout est possible dans notre bureau ! J’ai essayé d’être nu dans notre bureau un matin après la douche et j’ai réussi.
– C’était choquant ?
– Non, c’était intéressant.
– Il y avait combien de femmes dans le bureau ?
– Zéro.
– Il n’avait pas de femmes ? Ce n’était pas intéressant.
– D’accord.
– C’était peut-être normal, (mais) ce n’était pas intéressant.
– C’était une expérience pure.
– Il est interdit de prendre de la drogue, mais il est autorisé à draguer des femmes. (...il est permis de draguer...)
– J’ai essayé de draguer et j’ai réussi, parce que impossible – ce n’est pas français.
– Moi aussi, j’ai essayé de draguer des femmes mais j’ai échoué totalement.

[ 1:18:30 ]
Panorama, p.105

Situations d’urgence.
– Comment allez-vous ? / Comment vas-tu ?
– Comment vous sentez-vous ?
Je suis en pleine forme.
Je vais... (je ne vais pas...)
Je me sens... (je ne me sens pas...)
Jе suis malade / en bonne santé / en mauvaise santé
Je vais mieux / je suis guéri
– Mourir de faim, de soif, de fatigue, d’amour (je meurs, tu meurs, il meurt, nous mourons, vous mourez, ils meurent). La mort.
– Avoir mal. J’ai mal à la tête, j’ai mal aux dents, j’ai mal au ventre, j’ai mal au cœur. La nausée, avoir des nausées = avoir mal au cœur.
– Se faire mal (au bras), se blesser (à la tête), se casser (une jambe).
– Avoir des difficultés (pour marcher / pour lever le bras).
– Être fatigué, stressé. Le stress, c’est une maladie.

В работе над транскриптом принимали участие


Транскрипт диалога: Андрей Мелентьев (Курган)
Правка, дополнения: Татьяна Полякова (Волгоград)
Правка, комментарии Arnaud (Paris)

Конспект 112-го урока

Не удалось найти URL спецификации гаджета
Comments