Урок 118



Диалог урока
— Alors, Michael ! On y va ? Nous commençons ? Michael, comment ça va aujourd'hui ?
— Ça va bien, merci, parce que je suis en forme et j’ai beaucoup de chocolat et c’est bien pour ma tête. J’ai beaucoup de chocolat dans moi [en moi] et sur la table. J’ai eu beaucoup de temps cette nuit pour dormir.
— Anna, comment ça va aujourd'hui ?
— Ça va bien, merci. Et vous ?
— Mais vous avez moins de chocolat que Michael, ce n’est pas juste !
— Aucun problème ! Parce que j’ai déjà mangé beaucoup de chocolat.
— Et [bu beaucoup de] café !
— Et c’est bien pour la tête et pour ma santé.
— Pour ma ligne..
— Bravo ! C’est bien pour garder ma ligne.
— Ilya, comment ça va aujourd'hui ?
— Ça va pas mal.
— Ça va mal, Ilya, parce que vous êtes en retard aujourd’hui ?
— Oui, malheureusement, je suis en retard aujourd'hui, parce que...
— ...je ne suis pas sage...
— ...parce qu’à dix heures du matin c’est très difficile pour moi de me lever parce que (mais ce n’est pas vrai !) j’aime faire la grasse matinée. Je ne suis pas sage comme une image, je suis bête comme mes pieds, ennuyeux comme la pluie, je ne suis pas sérieux comme un pape, je suis paresseux et j’aime dormir !.. J’ai oublié mon livre, j’oublie et j’oublierai mon livre ! Il est dans un carton chez moi, parce que je viens de déménager.
— Michael, vous êtes arrivé le premier aujourd'hui ?
— Non, je suis arrivé le deuxième après mes collègues. Je ne suis pas sage comme une image, sérieux comme un pape, appliqué, assidu, mais je suis bien organisé et discipliné. (C'est pourquoi j’ai plus de chocolat que les autres, parce que j’aime apprendre le français !)
— Anna, est-ce que vous êtes arrivée la première ?
— Non, comme les autres je ne suis pas arrivée la première parce que j’ai voulu me préparer un (grand) café, ça m’a pris beaucoup de temps (j’ai perdu beaucoup de temps). Normalement je suis très appliquée (assidue et bien organisée) et sage comme une image, mais hier (je ne sais pas pourquoi !) j’étais au consulat de Lettonie où j’ai oublié des documents (des papiers) très importants mais heureusement je viens d’appeler (de les appeler). La femme très gentille et sympathique m’a dit que mes documents étaient là-bas. [Une femme...]
— Pourquoi vous êtes allée au consulat de Lettonie ?
— Je suis comme ça !!! parce que notre bureau viendra en Lettonie pour célébrer Noël.
— Vous passerez combien de jours là-bas ?
— Nous passerons deux jours là-bas.
— C’est tout ? C’est très peu, Anna !
— Bien sûr ! Mais c’est mieux que ne pas venir (ne pas voyager) du tout ! Nous ne passerons que deux jours là-bas parce qu’il n’y a rien à faire.
— Ilya, comment vous passerez Noël ? Est-ce que vous irez avec tout le monde en Lettonie ?
— J’irai en Lettonie avec tous (les collègues). Nous célébrerons Noël ensemble, nous boirons beaucoup d’alcool...
— Beaucoup d’alcool, beaucoup d’eau...
— Vous vous trompez ! Nous ne boirons pas d’eau, nous ne boirons que de l’alcool et nous irons au restaurant et mangerons beaucoup sauf (excepté, en dehors de) Michael parce qu’il n’aura rien à manger comme toujours !
— Je ne mange que du chocolat.
— Est-ce que vous aimez la Lettonie ?
— Je ne sais pas (encore) si je l’aime. J’irai en Lettonie pour la première fois. J’espère que je l’aimerai pendant ce voyage.

[ 0:22:00 ]
********************
[ 0:57:25 ]
— Est-ce que vous êtes allé à l’école maternelle Michael ?
— À vrai dire je suis allé à l’école maternelle.
— Avec plaisir ?
— Non, sans plaisir.
— Pourquoi ?
— À l’époque soviétique la présence à l’école maternelle était horrible, terrible, affreuse et épouvantable (insupportable) parce que je détestais mon institutrice (ma maîtresse) et je détestais dormir à midi, chaque jour je criais et pleurais, je voulais rester à la maison (chez moi) avec maman. Je détestais le gratin, mais aujourd'hui je l’aime, je mange du gratin chaque semaine avec plaisir (avec mon fils).
— Anna est-ce que votre fils est allé à l’école maternelle ?
— Oui, il est allé à l’école maternelle...
— Avec plaisir ?
— Je pense que oui. Contrairement à Michael (à nous tous) il ne criait pas, ne pleurait pas, il ne voulait pas rester chez nous parce qu’il aimait son institutrice et ses copains.
— Mes enfants ne sont pas allés à l’école maternelle mais ils sont allés à l’école primaire, puis au collège et après au lycée avec plaisir et succès. Ils étaient sages comme une image, appliqués, assidus et intelligents.
— Votre fils Michael va au collège ou au lycée ?
— Maintenant il va au collège, il est collégien.
— Mais dans deux ans il sortira du collège et entrera au lycée. Il sera (deviendra) lycéen. Après il passera son BAC et il obtiendra son diplôme. Il entrera à l’université (à la fac de quelque matière) pour avoir le métier.
— Anna vous vous trompez (n’avez pas raison) ! Notre système éducatif est réformé : pour entrer à l’université c’est assez de s’inscrire et il ne faut pas passer les examens. Votre fils ne devra pas passer les examens, il devra réussir au BAC.
- Michael est sorti.

[ 1:11:00 ]
 Je n’ai jamais quitté l’école. J’ai commencé l’école dans le petit village où je suis né. Ma mère a été mon institutrice pendant plusieurs années. À l’école je l’appelais ‘maîtresse’, et à la maison ‘maman’. J’étais un écolier heureux. Après l’école primaire, le collège et le lycée ont été plus difficiles. J’ai même redoublé une classe. Puis j’ai fait mes études à Paris, loin de mon village natal. J’ai beaucoup profité de ma vie d’étudiant. Je suis devenu professeur, d’abord dans le secondaire et maintenant dans le supérieur.
Les matières, le métier.

----------1h18’15’’---------
La matinée d’un élève de primaire.
9h: lecture, écriture, récréation, calcul, mathématiques (maths), dessin, la cantine.

Journée d’un lycéen qui commence à 8h:
Français, mathématiques, récréation, langues vivantes, le latin: langue morte, biologie.
À midi: cantine.
Histoire-géographie (histoire-géo), musique, sport, éducation physique, et sortie.

Myriam va au collège.
Lundi, elle a français, maths, etc.
Elle va faire une dictée, mais elle n’aime pas l’orthographe. Pourtant, en français elle a Mme Duparc qui explique bien la grammaire.
Sébastien est au lycée. Il étudie maintenant la physique, la chimie, l’économie (l’éco), la philosophie (la philo). Il est content d’avoir M. Rioux en philo.
À l’université, on choisit une discipline dominante: Les lettres, les langues, l’histoire, le droit, la sociologie (la socio), la psychologie (la psycho), la médecine, l’économie (l’éco), les mathématiques (les maths).

------------------

L’élève apprend sa leçon. L’élève apprend à lire, à écrire, à compter. Apprendre à + infinitif.
Le maître apprend la grammaire aux élèves.
Apprendre quelque chose à quelqu’un.
Le maître apprend à compter aux élèves.
Apprendre sa leçon.

В работе над транскриптом принимали участие


Транскрипт диалога: Андрей Мелентьев (Курган)
Правка, дополнения: Татьяна Полякова (Волгоград)
Правка, комментарии Arnaud (Paris)

Конспект 118-го урока

Comments