Урок 63



Содержание урока
=[0:40]= Panorama, p.67, ex.4
=[0:58]= Exercice « Quand j’étais enfant... » (l’imparfait)

=[1:21]= Exercice (l’imparfait et le passé composé)


Диалог урока
- Alors, Ilya ! Comment ça va aujourd’hui ?
- Ça va bien, merci. Et vous ?
- Ça va, ça va. Est-ce que vous avez faim, comme Michael, maintenant ?
- Non, je n’ai pas faim maintenant, mais j’ai soif. C’est pourquoi je bois mon café (je vais boire mon café).
- Est-ce que vous voulez partager avec Michael ces biscuits typiquement russes ?
- Non, merci, je ne veux pas de biscuits.
- Ce sont des biscuits typiquement russes. Ça existe seulement en Russie. Les Français mangent des biscuits, mais ils sont différents. Michael, est-ce que vous allez bien aujourd’hui ? Ça va ?
- Pas mal ! Ça va pas mal aujourd’hui !
- Est-ce que vous avez faim et soif ?
- Oui, un peu. J’ai faim et j’ai soif un peu aujourd’hui. Je n’ai pas eu mon déjeuner aujourd’hui.
- Pourquoi ?
- Parce que je n’avais pas de temps libre, parce que j’ai eu une réunion et une discussion moche et désagréable.
- Est-ce que, Ilya, vous avez eu une réunion aujourd’hui ?
- Non, je n’ai pas eu de réunion aujourd’hui.
- Est-ce que, Ilya, vous avez fait les exercices ?
- Bien sûr que non. Je n’ai pas fait d’exercices.
- Pourquoi ?
- Parce que je n’avais pas de temps, parce que j'étais très occupé.
- Est-ce que, Michael, vous avez fait les exercices ? De grammaire, par exemple ?
- J’ai pensé faire tous les exercices, mais comme mon camarade Ilya, dans cette vie il n’y a pas une minute [de] libre, malheureusement.
- Où est Catherine, votre troisième camarade, Ilya ?
- Catherine, notre troisième camarade, est chez elle, parce qu’elle a quelques problèmes à la maison.
- Est-ce que, Michael, vous avez aussi des problèmes à la maison ?
- Pardon ?
- Catherine n’est pas là, parce qu’elle a des problèmes à la maison. Vous avez des problèmes à la maison ?
- Non, je n’ai pas de problèmes à la maison.
- Vous avez des problèmes au bureau ?
- Oui, chaque jour. J’ai beaucoup de problèmes au bureau, parce que mes collègues et moi, nous sommes stressés, fatigués, et tristes un peu.
- Nous sommes nerveux...
- Non, nous avons des nerfs solides.
- Est-ce que vous êtes déprimé, Michael ?
- Je ne peux pas comprendre (me souvenir) le sens du mot « déprimé ». Je ne suis pas déprimé.
- Ilya, est-ce que vous êtes comme Michael stressé, fatigué et un peu triste ?
- Oui, je suis stressé, fatigué et très triste.
- Pour quelle raison ?
- C’est la vie. Parce que ma vie est difficile.
- Est-ce que vous êtes déprimé ?
- Je ne pense pas que je suis déprimé . Je ne suis pas sûr de ça.
- Est-ce que, Michael, vous êtes de bonne humeur aujourd’hui ?
- C’est très illogique de demander ça, parce que j’ai déjà dit que je suis un peu triste, c’est pourquoi je ne peux pas être de bonne humeur.
- Est-ce que, Ilya, vous êtes aussi de mauvaise humeur, comme Michael ?
- Je suis de mauvaise humeur.
- Est-ce que, Michael, aujourd’hui vous avez bon caractère ?
- Oui, aujourd’hui j’ai bon caractère.
- Est-ce que vous avez beaucoup de qualités ?
- Oui, j’ai beaucoup de qualités.
- Est-ce que, Ilya, vous avez bon caractère, comme Michael, ou vous avez mauvais caractère ?
- Je dois dire que j’ai mauvais caractère, malheureusement.
- Est-ce que tout le monde est d’accord que vous avez mauvais caractère ?
- Oui, excepté moi. Tout le monde pense que j’ai mauvais caractère, excepté moi. Je crois que mon caractère est très bon, magnifique, formidable, parfait, excellent.
- Est-ce que vous êtes plein de qualités ?
- Bien sûr, je suis plein de qualités.
- Est-ce que vous avez quelques petits défauts ?
- J’ai eu un petit défaut, mais après que j’ai arrêté de fumer, je n’ai pas de défauts.
- Votre unique défaut, c'était quoi ? Qu’est-ce que c'était ?
- Mon unique défaut, c'était le tabagisme.
- Michael, est-ce que vous êtes plein de qualités ?
- Bien sûr, je suis plein de qualités différentes.
- Est-ce que, Michael, tout le monde est d’accord [pour dire] que vous avez bon caractère ? Ilya dit que tout le monde est d’accord [sur le fait] qu’il a mauvais caractère, excepté lui. Il est seul, qui pense, qu’il a bon caractère.
- Il ne pouvait pas dire ça.
- Ilya, répétez, s'il vous plaît, à Michael. Dites-lui que tout le monde pense que vous avez mauvais caractère. Michael ne croit pas ça.
- Je dois répéter ce que j’ai dit ? J’ai dit que tout le monde croit que j’ai mauvais caractère, excepté moi. Et probablement toi, n’est-ce pas ?
- Bien sûr, Ilya ! Bien sûr, mon ami ! Je vais être d’accord avec toi, que nos qualités sont les plus grandes.
- Mais Ilya avait un défaut. Est-ce que, Michael, vous avez quelques petits défauts ? Maintenant Ilya n’a pas de défauts, parce qu’il a arrêté de fumer.
- Dans ce cas, je peux dire que je n’ai pas de défauts, comme lui. Je suis idéal. Mon caractère est idéal, magnifique, etc, comme le caractère de Ilya.
- Est-ce que, Ilya, vous êtes intelligent ?
- Bien sûr ! Est-ce que quelqu'un doute que c’est ça ? Je suis très intelligent, je sais tout, je parle trois langues étrangères. Je ne suis pas stupide.
- Est-ce que, Michael, vous êtes bête ?
- Je suis d’accord avec vous, que parfois je suis extrêmement bête. Malheureusement, tout le temps je ne peux pas me souvenir de choses différentes, parfois j’oublie ce que je dois faire, et parfois je confonds le temps et les classes. Je confonds les mots français avec les mots espagnols. Je suis bête.
- Est-ce que, Michael, votre fils est bête ?
- Non, au contraire, mon fils n’est pas bête. Il est intelligent, il n’est pas égoïste, il est très généreux.
- Oui, mais vous pouvez être bête et être généreux en même temps, bien sûr. Il est mal organisé ?
- Oui, il est mal organisé, comme son père. Comme tous les garçons, peut-être.
- Est-ce que, Ilya, vous êtes travailleur, bien organisé et discipliné ?
- Je ne suis pas bien organisé et je ne suis pas discipliné, c’est pourquoi je dois être travailleur.
- Est-ce que vos enfants sont sages et travailleurs ?
- J’ai les enfants différents. Quelqu'un est évidemment déjà sage, et quelqu'un va être sage.
- Est-ce que, Michael, vous êtes une personne froide et antipathique ?
- Oui, parfois. Par exemple pour mon professeur, je suis très froid et antipathique.
- Est-ce que, Ilya, vous êtes une personne méchante et égoïste ?
- Non, je pense que je ne suis pas méchant et égoïste. Je ne suis jamais méchant et égoïste.
- Est-ce que, Michael, vous êtes timide et calme ?
- Je suis timide parfois, quand je parle français et espagnol.
- Vous êtes plus timide quand vous parlez français ou espagnol ? Plus stressé et plus calme ?
- Je suis plus timide quand je parle espagnol, parce que quand je parle français mon professeur me fait plus relaxé ?
- Wow ! C’est positif ?
- Oui.
- Et pourquoi votre professeur d’espagnol ne vous fait pas relaxé ?

--[ 0:40:30]--------------------
Panorama, p.67

Dans l’exercice 4 à la page 67 vous avez un exercice que vous devez aimer. C’est un exercice mathématique. Ici vous avez un test très intellectuel et profond. Découvrez votre caractère d’après votre nombre magique.

- Ilya, vous êtes né quand ? Quelle est la date de votre naissance ?
- Je suis né le huit juillet mille neuf cent soixante-trois (08.07.1963).
- Vous devez calculer, Ilya. Michael, vous êtes né quand ?
- Mon nombre magique est 2, parce que je suis né le dix-huit décembre mille neuf cent soixante-onze (18.12.1971). [1971 = mille neuf cent soixante et onze]
- D’après ce test, Michael, vous avez quel nombre magique ?
- Selon ce test, mon nombre magique est deux, c’est-à-dire que je suis très généreux, très gentil et très calme.
- Est-ce que vous êtes d’accord avec cette caractéristique ?
- Oui, je suis absolument d’accord avec cette caractéristique, elle est vraie.
- Qu’est-ce que vous voulez ajouter ?
- Je voudrais ajouter [que] beaucoup de caractéristiques me conviennent. Je suis absolument gentil, intelligent, courageux, généreux. Je suis romantique, sympathique, observateur, psychologue un peu, et parfois je suis autoritaire.
- Est-ce que vous êtes idéaliste ?
- Oui, je suis un peu idéaliste.
- Optimiste ?
- Oui, ça m’aide dans la vie.
- Est-ce que vous êtes bavard comme une pie ?
- Non, je ne suis jamais bavard. Je suis réservé et équilibré. Je n’ai pas de défauts. Je suis idéal.

- Ilya, d’après ce test vous avez quel numéro magique ?
- Mon numéro magique est 7, c’est-à-dire que je dois être observateur, psychologue et je dois aimer être seul. Mais ce n’est pas vrai. Je ne suis pas du tout comme ça. Je ne suis pas observateur, je ne suis pas psychologue et je déteste être seul. Je suis ouvert, bavard, sociable, romantique, optimiste...
- ...idéaliste...
- Je ne suis pas idéaliste.
- Vous êtes matérialiste, pragmatique ?
- Peut-être. Je sais que je ne suis pas idéaliste, mais je ne suis pas pragmatique, malheureusement. Je suis souriant, heureux parfois.
- Calme, réservé, équilibré ?
- Je ne suis pas calme, je ne suis pas réservé et équilibré.

--[ 0:58:45 ]----------------
- Michael, quand vous étiez enfant, vous étiez calme ou nerveux ?
- Quand j’étais enfant, j’étais nerveux. Je faisais beaucoup de scandales, je faisais beaucoup de caprices, je pleurais beaucoup et je criais beaucoup.
- Est-ce que, Ilya, quand vous étiez enfant, vous aviez bon appétit, ou non ?
- Quand j’étais enfant, j’étais très maigre. Je ne mangeais rien, je ne buvais rien. J’avais mauvais appétit. J’étais difficile.
- Michael, quand vous étiez enfant, vous suciez votre pouce ? Tous les enfants européens sucent leurs pouces jusqu’à l’âge de dix ans.
- Quand j’étais enfant, probablement, je suçais mon pouce. Quand j’étais enfant, je ne suçais pas mon pouce, parce que ce temps je lisais beaucoup de livres, parce que j’étais un enfant soviétique.
- Est-ce que, Ilya, vous faisiez des cauchemars, quand vous étiez enfant ?
- Quand j’étais enfant, j’étais nerveux et difficile. Je dormais très mal et je faisais des cauchemars, parce que j’avais peur du noir.
- Est-ce que, Michael, vous aviez beaucoup d’amis ?
- Quand j’étais enfant, je n’avais pas beaucoup d’amis, parce que quand j’étais enfant, j’étais très timide et modeste. Quand j’étais enfant, je battais beaucoup de mes camarades, c’est pourquoi ils ne voulaient pas être mes amis.
- Est-ce que vous aviez un caractère facile ou difficile, Ilya ?
- Comme j’ai dit, j’avais un caractère difficile.
- Est-ce que vous battiez vos amis, comme Michael ?
- Non, je ne battais personne.
- Est-ce que, Ilya, vous pleuriez facilement ou non ?
- Je pleurais souvent, mais c’était très beau. Tout le monde aimait quand je pleurais. Je gagnais beaucoup de choses parce que c’était un spectacle très beau.
- Est-ce que, Michael, vous étiez sensible ?
- Oui, quand j’étais enfant, j’étais très sensible et je pleurais facilement quand je lisais un livre triste ou quand je regardais un film dramatique, tragique, lyrique ou d’amour.
- Est-ce que vous travailliez bien ou mal à l’école, Ilya ?
- Oui, je travaillais bien à l’école. Comme tous les enfants je n’aimais pas l’école, mais j’avais les bons résultats.
- Est-ce que, Michael, vous aimiez lire ?
- Oui, comme les enfants soviétiques, quand j’étais enfant, j’aimais lire beaucoup de livres et de magazines. Mais je détestais lire les BD, à la différence des enfants français.
- Des enfants d’aujourd’hui. En Russie ça existe aussi maintenant. Il y a beaucoup de bandes dessinées. Est-ce que, Ilya, vous faisiez des caprices, quand vous étiez petit ?
- Comme tous les enfants, je faisais des caprices, quand je voulais que mes parents achètent quelque chose pour moi.
- Est-ce que, Michael, vous aimiez les animaux ?
- Oui, quand j’étais enfant, j’aimais les animaux.
- Est-ce que vous aviez des animaux ?
- Oui, quand j’étais enfant, j’avais des animaux différents, par exemple une tortue.
- Qui s’appelait comment ?
- Je ne me souviens pas.
- Est-ce que, Ilya, vous aviez peur du noir ?
- J’avais peur du Cavalier sans tête la nuit, c’est pourquoi je dormais mal.
- Est-ce que vous étiez affectueux, Michael ?
- Oui, quand j’étais enfant, j’étais affectueux.
- Avec tout le monde ? Avec les parents, par exemple.
- Avec mes parents, avec mes amis et avec mes animaux (avec ma tortue).

--[ 1:21:00 ]-------------
Émilie (arriver) à la Martinique le 14 juillet. Il (faire) beau et chaud, alors qu’à Paris, ce même jour, il (pleuvoir). Comme c’était le jour de la fête nationale, toutes les rues (être) décorées. Le soir, elle (aller) au bal pour danser. Elle (rencontrer) un beau et grand Martiniquais.
- Les étudiants (ne pas être) là quand il (arriver).
- On (regarder) une vidéo, [quand] tout à coup le magnétoscope (s’arrêter).
- Il (ne pas avoir) l’air très en forme, quand je l’(rencontrer) la semaine dernière.
- Je (travailler) avec mon ordinateur, quand il y (avoir) une panne d’électricité.

В работе над транскриптом принимали участие

Правка, дополнения: Татьяна Полякова (Волгоград)
Правка, комментарии Arnaud (Paris)
 Подготовка HTML-версии Виктория Михеева (Санкт-Петербург) 


Конспект 63-го урока


Comments